Groupe de travail ODD

Des objectifs mondiaux pour le développement durable

Le 25 septembre 2015, 193 chefs d’Etat rassemblés à New York font ce constat : le 21ème siècle ne peut être la reproduction du siècle passé. Tous les pays, tous les acteurs doivent bifurquer. Ils adoptent donc les Objectifs du Développement Durable (ODD). Au nombre de 17, ceux-ci fixent une feuille de route internationale pour le développement durable jusqu’en 2030.

Egalité, éducation, climat, paix, santé… les 17 ODD couvrent l’ensemble des champs du développement durable. Leur intuition est en effet que tous ces axes ne doivent pas être traités séparément, de manière cloisonnée, mais bien ensemble. Le développement durable est systémique, c’est-à-dire que ses différentes facettes sont intimement liées entre elles et forment un tout. Si un point se dégrade, cela se ressent sur l’ensemble : par exemple, les progrès sur les enjeux de santé sont voués à l’échec si on ne travaille pas en parallèle sur les transports qui polluent, sur l’accès à l’eau potable, sur les questions de logement…

ODD

Des objectifs concrets à horizon 2030

Le principe des ODD n’est pas de rester théoriques mais bien de fixer des objectifs concrets et à une échéance courte. C’est pourquoi les 17 ODD se décomposent en cibles concrètes, et peuvent être évalués grâce à des indicateurs : il y a 169 cibles en tout, et 230 indicateurs pour chiffrer les évolutions. Cibles et indicateurs sont variés pour s’adresser à des régions du monde qui se trouvent dans des situations très différentes. L’Insee a par exemple sélectionné, en avril 2017, 110 indicateurs pertinents pour la France.

Valables jusqu’en 2030, les ODD seront révisés et complétés tous les 5 ans (en 2020, et 2025)

Les ODD et nous

Les ODD constituent donc un programme solide, international, complet… Mais quelles sont leurs conséquences à notre échelle ? En quoi nous concernent-ils et que changent-ils à nos vies ?

4D vous propose de le découvrir à travers une série de 17 petits articles, en remettant les ODD à notre échelle ! Ces articles seront publiés au fur et à mesure des prochaines semaines : restez connecté !

    1. Pas de pauvreté
    2. Faim “zéro”
    3.  Bonne santé et bien-être
    4.  Éducation de qualité

  •  5. Égalité des sexes  
  •  6. Eau propre et assainissement  
  •  7. Énergie propre et d’un coût abordable  
  •  8. Travail décent et croissance économique  
  •  9. Industrie, innovation et infrastructure  
  •  10. Inégalités réduites 
  •  11. Villes et communautés durables 
  •  12. Consommation et production responsables 
  •  13. Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques  
  •  14. Vie aquatique  
  •  15. Vie terrestre  
  •  16. Paix, Justice et institutions efficaces  
  •  17. Partenariats pour la réalisation des objectifs  

4D et les ODD : petit historique de la réflexion sur des objectifs internationaux

2010-2012 : animation du collectif Rio+20

Nous sommes à la veille d’une mutation considérable de civilisation. Celle que nous connaissons, fondée sur une consommation toujours croissante, va droit dans le mur. Les débats qui se sont conclus à Rio en 2012 appellent à un développement qui réduit les inégalités, qui offre à tous l’opportunité d’une contribution dans la dignité, et qui se construit sur une économie des ressources naturelles et environnementales permettant de rétablir une trajectoire soutenable et résiliente pour la biosphère.

2012-2015 : suivi des négociations multilatérales préparatoires à l’adoption des ODD et co-animation de la campagne post 2015

Les négociations entre les États ont duré plus de deux ans. En s’organisant autour de groupes de travail ouverts avec deux ou trois pays, l’organisation même des réunions, a permis de casser  les postures traditionnelles. Une relative participation de la société civile, améliorable mais honorable a également participé à la mise en oeuvre d’une dynamique intéressante. De nombreux points ont ainsi pu être abordé :

  • Une certaine idée de contrat social est passée dans ces ODD : protection sociale, égalité femmes-hommes, des questions auxquelles la France est attachée, et qu’elle et d’autres pays ont défendues dans les négociations.

  • La réduction des inégalités, soit une hausse des revenus des 40 % les plus pauvres supérieure à la croissance des revenus de la moyenne de la population (cible 10.1) – fut âpre à négocier. On doit la réintroduction de cet objectif dans la liste finale à l’insistance du Danemark, de la Norvège et du Brésil.

  • Les territoires auront un rôle à jouer pour la mise en œuvre de cette feuille de route : capacité d’investissement sur des projets d’infrastructures, d’usages, d’aménagements et une proximité avec les habitants qui doivent être embarqués. Et enfin un rôle de facilitateur pour les partenariats.

4D a été à l’un des co-auteurs des premiers textes qui ont circulé pour les territoires durables. Il fut signé par tous les groupes majeurs et fut une contribution à l’objectif « villes durables ».

4D a également assuré un suivi de l’Assemblée Générale des Nations unies en 2015 qui a adopté les ODD, au travers des chroniques de Marc Darras (administrateur de 4D).

A partir de 2016 : Conserver la philosophie des ODD pour leur mise en œuvre

Si l’atterrissage national et local nécessite une appropriation et une adaptation par rapport à un contexte local, il ne faut pas perdre de vue la philosophie des ODD adoptés par 193 États : plus qu’une mise en œuvre des 17 objectifs tous ensembles, une cohérence d’ensemble et donc a minima un effort pour identifier les synergies et les conflits est à rechercher dans l’année à venir.


Audition de Mme Vaia TUUHIA (Déléguée générale de l’Association 4Dpar le_CESE

De nombreuses interventions de 4D ont eu lieu depuis l’adoption des ODD au sein de collectivités, universités, réseaux d’acteurs locaux et ONG.