Familles à énergie positive

Rencontre avec Jean-Jacques Loriaux

Avec les Mardi de 4D, en avril 2017, informez-vous sur les enjeux des énergies renouvelables citoyennes !
Nous avons rencontré Jean-Jacques Loriaux, un jeune retraité habitant à Paris et qui s’implique dans les questions d’économies d’énergie et de rénovation énergétique, à l’échelle de son foyer et de sa copropiété. Quels leviers et moyens d’action pour l’action individuelle et locale ? Découvrez-le dans cet entretien !

Jean-Jacques Loriaux

Jean-Jacques Loriaux, pourriez-vous vous présenter rapidement, ainsi que votre projet et le concept des familles à énergie positive ?
66 ans, jeune retraité, je suis membre du Conseil Syndical de notre résidence de 80 appartements ; ayant un peu plus de temps que les actifs, j’ai pris en main le dossier Energie de notre résidence car nos chaudières au fioul sont d’origine (45 ans) et peut-être qu’un jour, elles tomberont en panne ! Nous avons demandé un devis pour passer au gaz, plus propre ?!
Entre temps, nous sommes rentrés en contact avec l’Agence Parisienne du Climat, ce qui nous a remis dans le droit chemin, à savoir avant toute chose effectuer un audit de la résidence.
Puis nous passerons aux étapes suivantes : isoler – ventiler – chauffer, le but ultime étant de faire des économies sur nos factures énergétiques. Voici en quelques mots le projet de notre copropriété.

A titre individuel, nous sommes tous au courant du réchauffement de la planète et du besoin de faire des économies d’énergie, de diminuer les émissions de gaz à effet de serre… Ainsi les deux sujets se sont naturellement associés. J’ai également connu par l’APC le concept de familles à énergie positive (FAEP) et y ai adhéré aussitôt, pour mesurer dès maintenant nos consommations et mettre en place les gestes adéquats pour économiser l’énergie.

 

Qu’avez vous réussi avec votre engagement dans les familles à énergie positive, quels sont les résultats, enseignements… ?
En peu de temps, je me suis aperçu que notre foyer avait des gestes assez appropriés en terme d’énergie et de consommation d’eau. Nous sommes deux dans notre foyer, les enfants vivent de leur coté. Mais on peut toujours s’améliorer aussi relevons-nous nos compteurs mensuellement. Il est encore un peu tôt pour avoir des résultats significatifs. J’ai proposé aux résidents de s’inclure dans le concept mais la mobilisation est difficile.

 

Quels sont les leviers pour les motiver ?
Philosophiquement, les gens sont prêts à entendre et accepter le message d’économie d’énergie mais la notion de développement durable est encore assez floue. Il faut des exemples concrets et sur Paris, en immeuble, les énergies renouvelables sont limitées. Du concret de proximité, cela me semble être la clé de voûte pour les motiver.

 

Comment votre expérience personnelle vous a-t-elle motivé pour engager votre coproriété dans une approche d’éco-rénovation ? Pouvez-vous nous décrire l’avancée du projet de la copropriété ?
Il a été clair immédiatement, ainsi qu’au sein du Conseil Syndical, de prévoir dans notre projet de rénovation de la résidence l’aspect économie d’énergie. Présenté en Assemblée Générale, la notion a été acceptée rapidement. Maintenant nous n’avons pas encore parlé gros sous !! Je me suis impliqué de suite dans ce sens en prenant le titre de Référent Energie de la résidence, et ce auprès de CoachCopro et du programme EcoRénovons Paris présenté par l’APC.

Aujourd’hui, nous sommes dans la phase d’audit ; les visites d’appartements “témoins” ont été réalisées, les questionnaires envoyés tant pour l’audit que pour le programme EcoRénovons Paris. La première réunion de restitution est prévue début mai.

 

Est-ce important pour vous de vous engager personnellement ? Quelles sont vos motivations, et est-ce que ce sont les mêmes aujourd’hui qu’au début du projet ?Je suis impliqué dans le conseil syndical depuis de nombreuses années ; mais j’ai pensé devoir prendre en main personnellement ce projet de rénovation pour la défense de notre bien face à l’usure du temps.

Intellectuellement, c’est aussi un projet intéressant qui attise ma curiosité et mon désir d’en connaitre plus sur le bâti, la ventilation, l’isolation… Etre aussi un chef de projet au sein de la résidence répond également à mes aspirations. Aujourd’hui encore, mon intérêt ne désarme pas.

Familles à énergie positive - carte

 

Seriez-vous prêt à jouer un rôle dans le développement d’énergies renouvelables citoyennes et participatives, et si oui comment ? (par exemple être sociétaire d’une coopérative de production d’énergie renouvelable)
Retraités, nous aspirons à profiter du temps libre qui nous est alloué maintenant pour faire ce que nous n’avons pu faire étant actifs. Dans ce sens, je suis partant pour un projet concret de proximité, telle notre résidence mais je n’aspire plus à des responsabilités supérieures pour leurs aspects déplaisants. La vie active m’a comblé, cela suffit.

 

Découvrez aussi l’entretien avec Anne Bringault